Atelier Ecriture v2

Lundi 4 décembre 2017, je proposais un premier atelier d’écriture – Mondes de demain –.
L’intention était de se réunir pour écrire et partager nos imaginaires à propos de la transition écologique et sociétale. Comment notre représentation du monde, et de celui de demain, évolue ? Comment elle pourrait nous aider à nous engager dans la création de nouveaux modes de vie ?

Mot d’intro

Cet été, je me questionnais sur ce qui pouvait faciliter notre changement de culture. Travailler sur la représentation que nous avons du monde, nous projeter dans un monde différent, prendre en compte des limites réelles, travailler notre rapport à la consommation, au confort, repenser comment nous nous organisons entre humains… Voilà ce qui nourrissait mes réflexions, et je souhaitais les travailler à plusieurs, autour d’un art, de l’écriture par exemple !

Les exercices que nous avons partagé…

Nous avons débuté avec un petit acrostiche (par plaisir des mots non-courants 🙂 ) avec le mot DEMAIN. Si vous souhaitez le faire, voici la consigne :

Ecrivez un texte de 6 lignes, dont chaque première lettre commence par les lettres de D-E-M-A-I-N.

Et voici les partages des participants :

Définir ce qui paraît important pour le devenir de la Terre.
Eviter de se poser des questions trop compliquées.
Mesurer le pour et le contre d’actions quotidiennes respectueuses de l’environnement en les partageant avec les autres pour aller de l’avant.
Avancer à petits pas en relation avec les autres.
Inventer ce qui pourrait être profitable pour améliorer la vie de chacun.
Nourrir son esprit d’idées nouvelles dans l’intérêt de tous.

O.

Depuis sa fenêtre, Emma voyait la valse de bicyclettes dériver vers le marché du port.
Elle se chaussa, prit dans son débarras tous les sacs qu’elle pouvait trouver, et descendit les escaliers.
Malgré le froid, elle aimait se promener parmi les étalages de produits frais, et participer à la préparation de la soupe du marché, qui animait le quartier.
Avant d’arriver là, elle jeta un œil au composteur public devant chez elle, qui était plein et avait l’air d’un troll repoussant.
Igor n’avait pas du faire sa tournée de collecte de compost cette semaine, du fait de son vélo qui était à plat.
Ni une ni deux, elle reprit sa promenade vers le marché, au milieu de visages souriants, sous le chant des oiseaux gazouillants.

H.

Douce rêverie d’un monde meilleur.
Et le signal d’alarme me fait sursauter encore.
Mains dans la terre, tête reliée au cœur.
A quand l’élan humain d’un changement majeur.
Infatigable volonté de transformer, d’harmoniser.
Ne serait-elle pas là sous mes pieds ?

A.

Du début à la fin, passé et futur ne sont rien.
Élever demain sur un piédestal ne fait que creuser le fossé qui m’en sépare.
Macérer dans le passé n’est jamais que marcher à reculons.
Alors si nous ne pouvons nous fier ni au passé ni au présent, que nous reste-t-il?
Inévitablement, le présent.
N’oublions pas que la seule chose sur laquelle nous pouvons agir n’est ni hier, ni demain, mais maintenant.

L.


Nous avons poursuivi avec l’écriture d’une lettre.

La photo que vous avez représente un lieu exemplaire de la transition écologique et sociale. Vous l’avez découvert et visité récemment (voire vous y avez séjourné). Vous écrivez une lettre pour raconter votre expérience.

Et voici les partages des participants :

Cher ami,

Mon tour d’Auvergne à vélo se passe rudement bien. Hier, je suis reparti d’une semaine dans un monde d’espérance, de simplicité et d’enthousiasme. J’étais au Jardin de Régis, un éco-lieu où vivent une trentaine de personnes. Là-bas, point de chef ou de petit maire. Chaque décision est prise par consensus, lors des deux réunions hebdomadaires. Et il y en a des décisions et des chantiers à traiter ! La gestion des toilettes sèches, la rotation du compost, les chantiers de serre, les plans de culture, l’alimentation de l’Atelier de Transformation, via des vélos en tandem… D’ailleurs, tout se fait à deux ou trois minimum. La cuisine collective où l’on prépare le repas pour les présents, avec de délicieux légumes du potager… La confection de bocaux de confiture, l’animation des ateliers bien-être, qui ont lieu sous une grande yourte, l’accueil des visiteurs qui viennent puiser des idées pour leurs jardins à eux, l’animation des chantiers participatifs, où des bénévoles viennent enrichir leur savoir-faire et le nôtre, et ainsi nous prêter main-forte.

A la nuit tombée, selon les envies, c’est chant, danse autour du feu, ou encore veillée de contes… Et c’est vrai, certains soirs, quand on a bien pédalé et emmagasiné de l’électricité, on se permet de regarder sur un projecteur un film ou un documentaire, qui saura enrichir les esprits pour faire évoluer continuellement l’endroit.

J’ai dormi tout ce temps dans une petite cabane construite avec les ressources du coin et bien isolée. J’ai pas mal appris sur l’éco-construction à l’occasion ; je t’expliquerai ce que j’en ai retiré. Cette lettre n’y suffirait pas.

H.

***

J’ai découvert cette région du Mali où a été mise en place une expérimentation d’électrification d’une zone rurale. Dans cette région d’Afrique en zone tropicale sèche et pourvue d’une végétation arbustive pauvre, introduire l’électrification via la production d’une énergie 100% renouvelable d’origine solaire et végétale représente une véritable révolution.

Oui, c’est une révolution car les habitants de cette région vont devenir les acteurs de leur propre développement. L’électrification, produite de façon localement maîtrisée, va permettre de redynamiser l’économie locale tout en respectant l’environnement d’une région très vulnérable sur le plan écologique.

O.

***

Salut grande aventurière,

Ce voyage est incroyable et je n’aurais jamais assez de mes deux feuilles de papier fabriquées moi-même ce matin pour tout te raconter.

Quel bonheur d’être à vélo en cette saison. La petite carriole résiste bien. Mais je dois dire que les routes anglaises depuis la dernière crise sont plutôt malmenantes. Enfin, on y arrive toujours et quel accueil maintenant dans les campagnes régénérées. C’est un immense plaisir de voir autant de personnes s’entraider de cultures en cultures. Je ne trouve pas les gens si fatigués que cela. Je crois que leur secret ici, c’est de changer régulièrement d’activités pour ne pas se faire mal au dos et aux jambes. Faut qu’on ramène leurs principes d’organisation en France !

Le plus merveilleux ces derniers jours, c’est quand je suis arrivée à Clones en Irlande. Je te saute l’étape d’avoir fait du bateau-stop, je te garde l’histoire pour mon retour !

A Clones, on était attendu par la famille Holmgreen. Cinq êtres formidables, drôles et tellement doués. On y allait pour échanger nos pratiques de permaculture, et je t’assure que j’en ai appris presque plus des deux petits derniers, Jacob et Allan. Oua ! Ils savent s’occuper d’une ruche tout seuls, 6 et 9 ans quand même, et ils te racontent tout sur la construction de leur paradis, avec une connaissance scientifique incroyable.

Allan me racontait pourquoi ils ont mis un étang en face de la maison. C’est à un endroit très spécifique pour que les reflets de la lumière aillent vers la maison en hiver, réchauffe le potager, mais aussi apporte de l’eau et des nutriments en été, tout en rafraîchissant la maison ! Je n’ai pas encore tout bien compris, mais ce qui est sûr c’est qu’avec la chaleur à l’extérieur, leur potager est en grande forme et la température à l’intérieur de la maison est plutôt géniale. Heureuse d’y être restée deux mois, je te raconte tout en rentrant !

A.

***

Cher Gonzague,

C’est avec une grande excitation que je t’écris aujourd’hui. Comme tu es sûrement au courant, mon séjour à Néhoma s’achève bientôt. Je sera de retour en France Jeudi (si les cheminées de téléportations ne sont pas encore bouchées…). Néhoma n’a rien de ce pays de hippies utopistes que nous décrivent les médias ! La première chose qui m’a frappée en arrivant la bas est l’accueil si chaleureux de ses habitants. Après avoir vu comment se passe l’éducation des enfants, je ne trouve plus cela étonnant: les classes sont données en musique, en dansant et leur professeur est clown ! Tu sais là bas, les gens ne dorment pas, ils disent ne plus en avoir besoin. Ils s’allongent n’importe ou à n’importe quel moment de la journée et se mettent à méditer. Ils ont aussi fait de progrès incroyable en nouvelle technologie. L’énergie de tous le pays est alimentée par un seul et unique vélo électrique. Tous les citoyens font à tour de rôle 15 minutes de vélo. Mais l’important est de ne jamais arrêter de tourner les pédales. Cela semble un peu complexe à réaliser mais chacun semble avoir trouvé sa petite méthode. C’est d’ailleurs à mon tour de pédaler, souhaite moi bon courage et à très vite !

L.

 


Enfin, nous avons terminé par une jolie pyramide, ou losange pour les plus rapides !

Sur le thème de l’entraide, écrivez un court texte donc chaque ligne comporte 1, 2, 3, … 10 mots.

Voici les partages des participants :

Hourra !
Signature obtenue !
Ils ont approuvé !
L’Acte de Transition !
Les institutions ont dit oui.
Bordeaux va devenir une ville résiliente.
Les associations vont beaucoup moins galérer désormais.
La marie va les soutenir dans leurs actions.
Sincèrement cette fois, et pas pour faire bonne impression.
Avec leur appui, de nombreux citoyens vont franchir le cap.
On va avancer plus facilement vers une société collaborative.
Moins d’égoïsme, de tensions et de conflits.
Et la vie sera bien plus belle.
Car tout tournera par l’entraide.

H.

***

Viens.
Chez nous.
Quand tu veux.
Nous serons toujours là.
Pour t’offrir un thé.
Pour croire en tes rêves fous.
Pour saluer ton courage et tes faiblesses.
Pour te prêter une oreille à l’écoute.
Quand la vie te sera plus dure à supporter.
Ou quand ta joie explosera de mille feux à partager.

A.

***

Ensemble.
Toujours ensemble.
Seul, on avance.
A plusieurs, on décolle.
Abandonnons nos peurs des autres.
Et tendons nos mains aux inconnus.
Encourageons nous au lieu de nous freiner.
Main dans la main, chantons ensemble pour s’élever.
Alors ensemble une pyramide nous écriront pour s’amuser.

 


Pour suivre l’aventure des ateliers d’écriture Mondes de demain, toutes les infos sont sur la page de ce site dédiée, et les nouvelles dates proposées sur notre facebook et notre newsletter.

Prochaine date prévue le 30 janvier 😉.

Tags: No tags

Leave a Comment